Les Rocs Tremblants de Lascombes.

Le bois de Lascombes,  abrite sous sa haute futaie de hêtres, un des rochers les plus tremblant du Sidobre.

Il oscille sans aucune difficulté, un panneau (régulièrement arraché) l’indique à la sortie du hameau de La Sigarié en direction de St Salvy l’indique à l’est.

Agglomération du RT de Lascombes vu de l’est vers 1895.

RT de Lascombes vers 1890.

En montant nous traversons une zone d’épaisse couche d’argile à gravier où se trouvent quelques prés « fossiles » du Sidobre d’antan,  peu de blocs en surface, les carrières environnantes ont du dégager cet argile ocre pour atteindre le socle de granite sous-jacent.

Argile rouge à gravier, issue de l’aire tertiaire tropicale et humide. Identique aux sols latéritiques des pays tropicaux et équatoriaux. Un glaci d’argile rouge couvre la partie centrale du massif, peu de rocs granitiques arrivent à affleurer dans ces zones.

Près du RT, une Balme, 1895.

Légende: »L’agglomération du mur près de Sept Faux », il s’agit pourtant bien de l’agglomération de Lascombes.

la zone sommitale nord-est a  laissé émerger des tors de blocs naturels dont le fameux roc tremblant de Lascombes.

Il est couvert de mousse dans la cathédrale de hêtres aux piliers argentés, le roc trône au milieu d’un décor wagnérien.

Qui n’a jamais senti ce que l’on éprouve lors d’un tremblement de terre doit monter sur ce rocher et s’y tenir debout, alors, à son ordre un compagnon pourrait  faire osciler le phénoménal monolithe.

Le bruit sourd et la sensation effrayante du sol qui se dérobe sous ses pieds vont lui faire comprendre ce qu’est une secousse tellurique!

Un levier énorme est toujours présent pour qui veut le mettre en action.

Aux alentours d’énormes entassements de dalles et de blocs dorment des couloirs et des abris naturels aux allures de bastides.

La tête de la « Baleine des Opinîatres » se découvre pour qui sait imaginer les formes les plus saugrenues.

Ce roc a survécu aux terribles outrages des carrières environnantes.

Une zone agricole dévastée par les carrières, 1949-2207.Les champs sont sur la zone d’argile peu encombrée de roches. Le RT de Casse Cailloux est en bordure de champs (zone encadrée).

En effet, à moins de deux cent mètres au nord-ouest existait un roc tremblant si petit mais si curieux, il oscilait tant qu’il brisait le moindre cailloux qui était jetté sous sa masse: il se nommait le Roc Tremblant de Casse-Cailloux.

Visité dans les années 1890 à 1930, il disparaît des guides du Sidobre, le RT de Lascombes prenant toute la place le petit RT de C-Cailloux se perd dans les broussailles de bord de parcelle, il finit par se coincer puis est totalement oublié.

A tel point oublié que lors des de nouvelles  tentatives de  protections vers 1950 il est omis des listes car personne ne l’a retrouvé.

RT de Casse cailloux vu par le photographe Paul Valat 1895.

RT de Casse Cailloux, remarquez l’horizon et la route Castres-Brassac.
1895.

Le RT de Casse cailloux à l’essais vers 1895.

Vers 1960, une carrière s’ouvre et creuse l’argile à gravier jusqu’au granit sain, le petit roc de Casse Cailloux est encore en bordure de parcelle, mais rien n’empêche le buldozer de le bouter hors de son socle et de le faire disparaitre.

D’après Nauzières, il était situé à 30m au sud-ouest du roc repère encore présent aujourd’hui. Cette vue est prise du Sud vers le Nord.

« Oh il était complètement recouvert de ronces et coincé » m’a dit le garde-chasse ( S.)  du secteur en 1991. Un autre témoignage évoque le transport de ce petit RT dans un parc aux environs de Puylaurens.

Ici on est en vis à vis avec La Cazalarié et La Combarelle près de Peyrous.

Un enfant du pays, nommons le J-L, trouva à la fin du XXème siècle,  un petit roc si tremblant qu’il le baptisa « Bouge au vent », il me fit découvrir ce phénomène et m’en parla avec admiration.

Le roc tremblant de « Bouge au vent », avant sa destruction.
La flèche indique le hameau de La Cazalarié.

Il pouvait le deviner sous le couvert forestier depuis le versant opposé. Mais il vit aussi, peu de temps après, une carrière s’ouvrir dans ces bois.

la carrière G. ouvrit les entrailles du versant sud et pendant un moment J-L cru au miracle, le petit roc tout tremblant de peur vit passer les pelleteuses très près de lui.

Son socle fut souillé de boue mais il résistat, protégé par sa position en bordure de carrière.

Nous avons contacter Mr G. pour lui dire qu’il avait la chance d’avoir un des derniers RT du secteur, et qu’il  remplacait avantageusement le « Casse Cailloux » disparu, mais rien n’y fit, malgré sa promesse, le « Bouge au vent » fut soufflé.

Ce fut notre première et dernière tentative de sauvetage d’un RT…

Le Bouge au vent n’est plus, imaginez le au centre de l’image…
On remarque l’argile rouge à gravier se mélangeant à l’arêne de granit, plus haut les champs étaient sur le glaci épais d’argile, sans rocs apparents (on le constate sur les anciennes reconnaissances aériennes de l’IGN).

Longtemps je me suis demandé s’il ne s’agissait pas du fameux « Casse Cailloux », en effet sa position élevée ainsi que l’horizon nord ressemblait tant aux vieilles cartes postales, mais à y regarder de plus près, il n’en était rien.

Le Casse Cailloux devait se situer plus haut, en bordure des derniers prés des années 50, il est indéniable qu’il fut détruit par la carrière S.

Le jour où je constatais la destruction du « Bouge au vent », la curiosité et la crainte d’extension de la carrière me fit pénétrer dans le bois juste au sud-est et au bout de quelques pas je découvrit un roc oblong bien racé, des rocs avaient été apparemment placés pour le coincer, je dégageais les cales et avec un levier, je le mis en branle sans difficultés, je le nommai  « Lascombes 2 ».

Lascombes II, remarquez le levier qui sert à le faire osciler, jeux de bascule pour les enfants…

RT de Lascombes II

Le val de Lézertou était surnommé « la vallée des merveilles » par les amis du Sidobre, il a été fort mis à malpar les carriers, il reste encore quelques trésors en grands dangers mais déjà les RT Jumeaux de Peyrous et le roc de la Poire ont été vandalisés.

Pauvre Sidobre.

Publicités

About jptho

Qui a dit "il a le coeur aussi dûr et froid que la pierre"? non non non! d'abord la pierre a une âme et je vais vous en apporter la preuve !
Cet article a été publié dans Geologic curiosity. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

One Response to Les Rocs Tremblants de Lascombes.

  1. carles dit :

    bravo mon ami sidobrien jean luc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s