Chapitre 6 et fin : Font* de l’Aigua béla.

Quelques semaines après avoir digéré l’Enfer du Roubi, me voici à nouveau sur l’Aiguebelle pour finir la reconnaissance  jusqu’à sa source.

Après avoir fait un détour pour passer de l’autre côté du talus tabulaire composé de rebuts de carrières, je marche un peu sur la D30 (Calmejane-Carauce) pour revenir au point de franchissement du ruisseau de l’Aiguebelle.

Je regarde sur le bas côté ouest de la route et découvre à peine masqué par des taillis le cours de l’Aiguebelle. Je m’engouffre dans ces taillis et descends vers l’aval, au bout de 25 mètres je me trouve au milieu d’un « amphithéatre »chaotique, le talus fait plus de dix mètres de haut, les blocs brisés sont à peine recouverts de mousse, leurs angles aigus et coupants menacent le grimpeur imprudent qui les entreprendrait.

Le spectacle est désolant, le ruisseau se fraie un chemin dans le bourbier sagneux et passe sous la « montagne » de débris sans même avoir été canalisé.

Comment a t’on pu accepter un tel terril sans passage pour le ruisseau ? mystère ?

Je tourne le dos à ce cul de sac et je me dirige vers l’est, vers la source de cette belle eau, je franchi à nouveau la D30 et pénètre sur les terres d’Aiguebelle.

Une croix de granit fichée sur un roc nu au milieu du pré,  donne un cachet  d’Armorique à ce coin de Sidobre. Notre ruisseau coule maintenant entre pré et foret, un petit étang maintenant à sec n’abreuveplus les vaches de la ferme toute proche.

Calvaire d'Aiguebelle D30.

Calvaire d'Aiguebelle D30.

La petite retenue est fermée de roches agencées, le ruisseau légèrement détourné l’alimentait, le calvaire et cette mare ainsi que le pré encore en état,  offre une idée de ce que pouvait être le Sidobre d’antan.

Mare d'Aiguebelle

Mare d'Aiguebelle

Je prospecte plus particulièrement la rive gauche enforestée, la cuvette formée par le vallon abrite une petite sagne* d’où émerge de nombreux rochers, trop éloignés que pour être définis comme rivière de rochers.

Plus on s’éloigne du ruisseau rive gauche moins on découvre de rochers, le « glacis »* d’argile rouge a protégé les dos de baleines encore  enfouis dans le sous sol.

Un petit canal*,bien alimenté, coule plus haut et  parallèle au ruisseau et doit aboutir au hameau de Calmejane.

Besal d'Aiguebelle

Besal d'Aiguebelle

Le chien du masage* d’Aiguebelle annonce déjà mon arrivée, Emilien S. sort sur son pas de porte, je vais le saluer, octogénaire et toujours souriant, on discute.

Il avait une quinzaine de vaches et du terrain jusqu’au Roubi plus bas. Il a loué ses terres aux carriers autrefois,  notamment la carrière aujourd’hui en eau appelée communément carrière d’Aiguebelle (réserve de pêche). Il se méfie encore un peu de moi, mais je ne désespère pas de le photographier un jour devant son Rocher Tremblant « apprivoisé » juste à côté de son fournil face à sa maison. Ce petit R-T* m’évoque un pâton qui aurait trop levé, le fournil est encore en état, ses pierres taillées de granit qui compose et l’argile ocre du crépi (fait à base d’argile rouge local).

Fournil d'Aiguebelle

Fournil d'Aiguebelle

Lorsque j’évoque le souvenir de Georges Terrail, chantre du Sidobre, je le désarme et ses paupières se  plissent pour un sourire bon enfant:- « vous connaissiez Georges ? » me dit-il enthousiaste, » il ne manquait jamais de venir me saluer lors des ses promenades ».

Non je n’ai pas connu Georges, mais ses écrits m’ont tellement imprégnés que je pourrai vous en parler comme si je l’avais toujours connu.

« Je reviendrais vous voir Emilien, revenez près de votre feu car à votre âge il ne faut pas prendre froid ».

Je poursuis ma reconnaissance du cours de l’Aiguebelle après avoir laissé sur ma droite des décombres de carrières où la coupe du terrain laisse apparaître le rouge argileux, je découvre les vastes prés de l’est, ceux qui ont pu être entretenus mécaniquement sans trop d’obstacles rocheux.

En effet, ici  le glacis* d’argile à gravier est très étendu et donc n’a pas permis aux boules de granit d’émerger en nombre.

Seuls quelques modestes blocs apparaissent dans le creux de la cuvette au sein d’une longue sagne, un couloir de molinies*jaune paille offrent un écrin à la jeune Aiguebelle.

Sagne de la source de l'Aiguebelle

Sagne de la source de l'Aiguebelle

La tourbière est piquetée de bouleaux la plupart jeunes mais trois d’entre eux ont un tronc imposant révélant leur grand âge, je passe à côté d’un tronc abattu que je crois être un pin sylvestre vu son diamètre de près de 70cm, en fait il s’agit d’un bouleau lui aussi.

Le ruisselet au son cristallin trace sa voie sous la « paille » de Molinie, la boue noire qui nappe le fond est effacée par le courant central et apparaît alors le gravillon lavé de sa gangue d’argile rouge.

Le pré est drainé par des besals*perpendiculaires à l’axe de la cuvette.

Je vais de mottes en mottes vers l’amont, le ciel est bleu en ces derniers jours de décembre, le temps est exceptionnellement doux pour la saison.

La D 622 Castres-Brassac véritable colonne vertébrale du Sidobre longe les prés au sud et le sifflement des pneus sur  l’asfalte contraste avec cette nature retrouvée. Un petit calvaire se trouve en bordure de route à l’entrée du chemin de terre menant au hameau d’Aiguebelle.

Calvaire D622, cote 572m La Trivalle.

Calvaire D622, cote 572m La Trivalle.

D622 Castres Brassac, La Trivalle et source de l'Aiguebelle.

D622 Castres-Brassac La Trivalle et source de l'Aiguebelle.

Source de l'Aiguebelle, cote 600 mètres.

Source de l'Aiguebelle cote 600 m

La vallée fertile de l’Aiguebelle touche à sa fin, une barrière de taillis impénétrables masquent une fange impraticable, heureusement je distingue maintenant au bout du pré la mare où naît le ruisseau, au-delà, rien ne se voit, c’est donc ici que naît la Belle Eau, une flaque d’à peine 4m sur 3m et de 30 cm de profondeur.

Je relève la tête, le soleil est à quelques degrés au-dessus de l’horizon, un soleil orangé, flamboyant, la foret se dessine en ombre chinoise, la nappe claire des molinies prend une teinte inhabituelle, j’y suis!  j’y suis à la font*de l’Aigua Bela.

Pour finir cette belle exploration, je me dirige vers le nord-ouest jusqu’au Roc Redoun, le dernier point géodésique naturel non détruit du secteur.

Le soleil du crépuscule l’éclaire d’une lumière étrange qui alliée à mes pensées nostalgiques me transporte en un temps lointain où les légendes fantastiques forçaient le respect. Les hommes d’antan ont respecté ce rocher où dit-on des rites sabbatiques avaient lieux, est-ce pour cela qu’encore aujourd’hui le Redoun est encore là?

Carrière d'Aiguebelle

Carrière d'Aiguebelle

Ou n’est-ce que le hasard des bornages de parcelles qui l’a sauvé du gouffre abyssal tout proche? où ont disparus les Rocs Tambours* le roc du Béret et d’autres rocs tremblants du plus bel effet .

Roc Redoun

Roc Redoun

Georges Terrail, Roger Bel, André Denis, Etienne Grillou, Raymond Nauzières, Colrat et tant d’autres sont venus méditer au pied de ce roc et leurs esprits hantent encore le site… Le soleil disparaît, la lumière s’éteint,  la Lune et Vénus brillent très haut, la roche est en phase avec le cosmos, 2012 s’annonce.

Bonne année à tous.

J-P Thonet.

Font: source en occitan.

*Glacis :d’Un glacis est une surface de terrain inclinée que l’on rencontre essentiellement dans les régions de    piémonts et en bas des buttes.

*Besal: petit canal  arrosage ou de drainage des prés, bief.

*Masage: hameau.

*RT Roc Tremblant. *Roc tambour : roc ayant la faculté de résonner lorsqu’on tambourine sur ses écailles en partie détachées.

Publicités

About jptho

Qui a dit "il a le coeur aussi dûr et froid que la pierre"? non non non! d'abord la pierre a une âme et je vais vous en apporter la preuve !
Cet article a été publié dans Geologic curiosity. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s