Thérondet, nord Sidobre.

Retour sur la piste de La Mongarié, je veux retrouver des petites cabanes de bergers découvertes selon les indications d’un paysan du Hameau, j’étais alors accompagné de mes enfants Rémy et Sophie  agés d’une dizaine d’année.

Ils étaient vaillants pour affronter les ronces et les obstacles de la forêt, nous étions en phase pour l’aventure et la découverte de la nature en général.

Encore perdu dans mes souvenirs  je rejoints  la piste principale et descends  vers l’ouest une centaine de mètres plus bas jusqu’à un petit rec (ruisseau) à sec en été.

Une marque orange indique un sentier depuis le talus et à l’ouest.

Je pénètre dans la  forêt, châtaigniers, hêtres et chênes cohabitent avec les houx. Les parcelles d’autrefois sont délimitées par de nombreuses murettes en pierres sèches.

Très rapidement,  je retrouve les cabanes.  

Il s’agit plus exactement de deux  petites balmes assez courantes dans le pays.

Maculées de  mousses et de lichens,  fermées par des blocs de pierres grossièrement ajustées.

 Une dalle  et un appui naturel(sorte de dolmen) forment un abri fermé par des murettes de pierres sèches et deux blocs  qui déterminent  l’entrée .

 Difficile de les dater ces constructions sommaires, la « Balme du père » située à quelques km (La Fusarié),  a été construite en 1930, pourtant on aurait juré qu’elle était du néolithique!

Celles-ci donnent la même impression.

350cm de profondeur, 80 cm de haut, 150 de large.

Balmette 1 de La Mongarié.

Balmo, Balmasse, Borio, Jasse, ces dénominations se trouvent un peu partout en Sidobre,  la toponymie locale a gardé la mémoire de ces abris.

Les hommes graveurs de statues-menhir construisaient des cabanes  en bois dignes  de ce nom, ces balmettes n’étaient certainement pas assez salubres  pour eux,et  je pense qu’elles sont beaucoup plus récentes  qu’elles  n’y paraissent.

Ces deux abris sont situés approximativement sur le même axe  (est-ouest) et se remarquent  assez aisément.

Une belle agglomération de roches dont une est posée sur un haut socle domine les balmettes ce qui ajoute encore à la majesté du lieu, une muraille de pierres sèches épouse  la forme du roc sur laquelle elle s’appuie, ainsi  l’évocation de ruines mégalithiques reste omniprésente.

Sur le même axe est-ouest en montant vers le sommet (612 m), je me trouve face à un ensemble de deux hautes masses supportant un oiseau de proie pétrifié, le bec pointé vers le bas il semble surveiller l’entrée de la faille qu’il couvre.

Allure monumentale,  une fois de plus mes pensées s’envolent au gré des millénaires et de cet oiseau improvisé…

Je contourne cette agglomération et arrive sur le bord du plateau, de nombreuses roches sont brisées et indiquent une activité ancienne de débitage du granit.

La croupe arrondie de l’agglomération de l’oiseau comporte  sur son flanc ouest une lame de granit qui s’est désolidarisée de la masse. La partie plate et verticale et la partie convexe auraient fait un beau menhir,  mais certainement  ne s’agit-il  là que d’un pur hasard de l’érosion.

Ecaille de granit simulant le débitage d'un menhir.

Je contourne un ancien pré maintenant envahi de fougères et arrive à la croisée des chemins : La Mongarié-Le Secun-Haut, de vieux hêtres gardent une  statue menhir couchée dans l’ombre.

Un artiste inconnu a cru bon de rafraichir à la craie les gravures: la ceinture, la boucle, les jambes et le baudrier apparaissent plus clairement, mais  je ne crois pas que les archéologues apprécieraient cette offense!

Statue Menhir du Sécun-Haut.

Je reviens un peu sur mes pas pour continuer à explorer le flanc nord sous le sommet, une nouvelle agglomération  m’évoque un casse-tête chinois, en la  contournant je tombe une fois de plus sur un imposant « menhir » appuyé contre la masse.

Je l’observe de très près en espérant trouver  les gravures caractéristiques des statues-menhir mais rien, seule la forme est troublante par sa grande similitude avec les mégalithes de la vallée de l’Agout.Roc simulant une statue-menhir.

Je reconnais à peine le pré qui existait dans les années 90, j’avais exploré cette partie sommitale avec mes enfants Rémy et Sophie,  aujourd’hui,  le pré est abandonné et presque inaccessible.

Mais là, je reconnais cette forme allongée, ce roc élégant creusé de deux cuvettes,  je revois mes deux petits explorateurs s’amusant de notre découverte.

Jean-Luc  avait découvert un Roc Tremblant pas très loin sur le plateau, qu’il avait nommé RT de Thérondet,  je le retrouve sans difficulté, posé  sur son socle, son aspect zoomorphe le caractérise.

RT de Thérondet.

Un curieux petit Tor* lui tient  compagnie. Un autre rocher simule une borne d’amarrage de bateau, Noé sur le Mont Arraras ne l’aurait pas dédaigné pour y accrocher son arche.

Je reprends  l’exploration du versant nord, à la recherche d’un Labans* aperçu depuis Peyremourou. La surface inclinée de rochers nus m’éclabousse de lumière, je m’y repose un instant et profite de la vue exceptionnelle  face aux Tors de Peyremourou sur le versant opposé.

Au pied de ces labans se trouve un curieux  roc strié de petites failles d’un côté et quadrillé de l’autre.

Le dé strié carellé.

Une nouvelle dalle couchée me donne une fausse joie,  j’ai eu l’impression un instant d’y voir  le sillon caractéristique d’une ceinture de statue-menhir. Je dégage activement la mousse qui la recouvre et déception !  C’est une fissure naturelle.

Une aiguille (Roc Agularum) rocheuse se remarque sur un gros Tor, une « corde » érodée y a laissé ses empreintes triangulaires, ce sera le roc Triangularum.

Un peu plus loin, un roc a basculé de son socle, les cuvettes en position anormale  en sont la preuve.

Le  puits d’aération de la conduite forcée de l’usine hydro-électrique de Luzières marque la fin de cette exploration, le lac de Luzière se devine à travers la forêt.

*Tor: terme géologique anglais signifiant accumulation de roches  sur un sommet.

Publicités

About jptho

Qui a dit "il a le coeur aussi dûr et froid que la pierre"? non non non! d'abord la pierre a une âme et je vais vous en apporter la preuve !
Cet article a été publié dans Geologic curiosity. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s